Les carbonates (vitrine 12)

Dans la vitrine 12 vous reconnaîtrez des minéraux assez connus, comme la malachite ou l’azurite. La malachite est la forme naturelle du vert-de-gris produite par la circulation d’eau sur les minerais de cuivre. 

Les mines de la « ceinture de cuivre » du Katanga en République Démocratique du Congo sont les plus importantes sources de production de malachite. La malachite y est parfois trouvée sous forme de stalactites dans de petites grottes atteignant jusqu’à plusieurs mètres cube de volume. Durant la première moitié du 20e siècle, il s’y trouvait encore des stalactites de plus de 1 mètre de hauteur. L’azurite, elle, est un carbonate de cuivre moins fréquent que la malachite. Bizarrerie du monde minéral (contrairement à la malachite) ses cristaux sont beaucoup plus fréquents que les stalactites. De 1811 à 1830, elle a été très abondante à Chessy-les-mines, dans les monts du Lyonnais. La zone, où elles étaient trouvées, a d’ailleurs été baptisée la mine bleue. Durant un temps, ce minéral était aussi appelé la chessylite. De beaux spécimens ont été ensuite trouvés dans les mines de Bisbee en Arizona, de Tsumeb (ville minière au nord de la Namibie) et Oujda (au Maroc). Enfin, L’hydromagnésite est un carbonate de magnésium peu commun. Les spécimens exposés sont parmi les plus grands connus. Ils ont été trouvés presque par hasard, en 1971, lors d’une campagne de prospection de la collection.

Hydromagnésite
Malachite
Azurite