Les nésosilicates (vitrine 18)

Les nésosilicates occupent les vitrines 17 et 18. Ils sont caractérisés par des groupes silicates sans liaison les uns avec les autres. Les liaisons se font avec d’autres atomes. Les groupes silicates forment donc des sortes de petites îles. C’est pourquoi leur nom, nésosilicates, vient du grec « nesos », qui signifie île. 

La vitrine 18 contient des belles topazes de couleur orangée que l’on appelle topaze impériale. Elles proviennent de la région Ouro Preto au Brézil. Les couleurs, les plus appréciées des topazes sont le rose, dû à du chrome, puis l’orangée, le jaune et le bleue où interviennent des defaults introduits par la radioactivité naturelle. Cette couleur bleu peut être produite artificiellement. Les couleurs champagne au cognac ne sont pas stables. La topaze est l’un des rares minéraux dont le nom ne finit pas en « ite ». L’usage de donner comme nom pour un minéral, celui d’une personne célèbre suivi de « ite » remonte à la fin du 18éme siècle. Mais il est possible aussi d’opter pour d’autres solutions. Par exemple, l’andalousite est appelée ainsi en référence à un lieu, l’Andalousie. La staurolite, quant à elle, doit son nom à sa forme en croix. En effet, « stauros » signifie croix en grec. La terminaison en « ite » des noms des minéraux vient probablement du grec « lithos », c’est-à-dire « pierre », qui serait devenu au fil du temps « lite », puis « ite ». D’autres noms sont beaucoup plus anciens. Ils étaient employés avant la naissance de la minéralogie moderne. Par exemple, la topaze fait référence à Topazion, une île presque mythique de l’Antiquité, riche en pierres précieuses.